Nos partenaires

A la une

TROUVEZ LE SYNDICAT LE PLUS PROCHE DE VOUS

LA LUTTE CONTRE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE : ET SI ON S’Y METTAIT VRAIMENT ?

Lors de la COP21 à Paris en 2015, les Etats se sont engagés à limiter le réchauffement climatique à 1,5° en 2050 (par rapport à l’ère pré-industrielle). Un premier bilan de ces engagements est établi lors de la COP28 qui se tient du 30 novembre au 12 décembre à Dubaï et c’est peu de dire qu’à ce jour, les actions menées par les Etats sont très insuffisantes. Le rapport publié le 20 novembre par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement souligne que la trajectoire actuelle s’oriente vers un réchauffement entre 2,5° à 2,9° d’ici la fin du siècle. Il y a donc urgence à ce que les pays signataires respectent leurs engagements !

L’institut des ressources mondiales a analysé les efforts des secteurs clés pour maitriser la trajectoire et le constat est accablant : sur 42 indicateurs, un seul est sur la bonne trajectoire pour atteindre les objectifs des accords de Paris. Il s’agit de la vente des véhicules électriques dont la part augmente fortement sur le marché de l’automobile.

Cette COP28 va donc devoir tirer les leçons des actions menées depuis 2015 et rectifier le cap de toute urgence. Et ce, d’autant plus que les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir avec une forte augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes un peu partout dans le monde. Cela nécessitera l’engagement de l’ensemble des parties prenantes et à ce titre, l’accord sur le climat signé le 15 novembre entre les USA et la Chine, laisse entrevoir un peu d’espoir pour une prise en compte mondiale du sujet.

Au-delà de dresser le bilan des accords de Paris, cette COP28 a également annoncé des enjeux sur la transition énergétique, l’adaptation au changement climatique, la finance climat et les pertes et préjudices.

En France, les 50 sites les plus émetteurs de CO2 concentrent à eux seuls 60% des émissions industrielles, soit 10% du total national. Les représentants de ces sites viennent de signer leurs « contrats de transition » avec le gouvernement et s’engagent collectivement à réduire leurs émissions de 45% d’ici à 2030.

Pour la FCE-CFDT, il est impératif que l’ensemble des Etats se saisissent de la question de l’urgence climatique en dépassant les effets d’annonce et en s’engageant durablement et collectivement pour limiter le réchauffement de la planète. Elle s’inscrit donc pleinement dans les engagements du manifeste CFDT pour la transition écologique juste. Nous continuerons nos actions dans nos fédérations mondiale et européenne, dans les comités stratégiques de nos filières professionnelles et dans les entreprises pour accélérer la décarbonation de l’industrie et ainsi contribuer à limiter le dérèglement climatique.

Pour en savoir+
Bilan des accords de Paris / Le constat est accablant

À LIRE AUSSI

Send this to a friend