Nos partenaires

A la une

TROUVEZ LE SYNDICAT LE PLUS PROCHE DE VOUS

Interview de Samuel Lassince

Le MAG FCE a rencontré Samuel Lassince, animateur Plasturgie SCE CFDT Auvergne Limousin.

MAG FCE : Samuel, pourrais-tu, en quelques mots, nous parler de ton parcours professionnel et syndical ?
Embauché comme dessinateur-projeteur depuis plus de vingt ans à Plastyrobel, j’ai été élu sans étiquette au comité d’entreprise (CE) quelques années plus tard. J’ai alors souhaité faire fonctionner cette instance dans l’intérêt des salariés en maintenant un échange constructif avec la direction. Lors des élections suivantes, une organisation syndicale a été élue, et son action contestatrice ne correspondait pas à ma vision de l’action syndicale.

MAG FCE : Pourquoi as-tu choisi de rejoindre la CFDT ?
Elu au CE puis au CSE durant différents mandats, j’ai rejoint la CFDT il y a 12 ans, car je me suis retrouvé dans les valeurs de démocratie, de solidarité, d’agir ensemble, portées par ce syndicat… J’y ai été accueilli par des personnes qui m’ont beaucoup apporté dans mon quotidien, autant personnel que professionnel, avec un soutien constant.

MAG FCE : Tu es délégué syndical chez Plastyrobel, une entreprise de moins de 50 salariés de la Plasturgie, comment cela se passe-t-il ? 
J’ai vécu le passage d’une entreprise qui comptait près de 100 salariés à celui d’une structure de moins de 50 au moment de la mise en place des CSE, et suite à un changement de direction.
A l’époque, les relations avec cette nouvelle direction ont été très difficiles, et les moyens d’élus à ma disposition très réduits. Par mon action, j’ai permis aux salariés de faire valoir leurs droits en maintenant leurs acquis (RTT, primes…), de les accompagner – pour certains – dans un changement de carrière lié à la fermeture d’un atelier de production. Cela m’a valu d’être sanctionné par la nouvelle direction, qui a souhaité mon départ. Soutenu alors par toute la CFDT, j’ai obtenu gain de cause et, depuis lors, je tente de maintenir le dialogue social avec cette même direction dans l’intérêt des salariés.
J’ai dernièrement obtenu le dégel des salaires, une meilleure prise en compte des conditions de travail des salariés, et ceci malgré la crise sanitaire que nous avons subie.
Actuellement, la situation économique plombe le dialogue social, et la direction se cantonne derrière ses obligations légales d’appliquer l’évolution du Smic et des minima de branche.

MAG FCE : Récemment, tu es devenu le nouvel animateur Plasturgie pour le Syndicat Chimie Energie Auvergne Limousin, comment appréhendes-tu ta nouvelle responsabilité ?
J’ai proposé ma candidature comme animateur de la Plasturgie au Syndicat Chimie Energie Auvergne Limousin en souhaitant installer une dynamique entre les sections d’entreprise, la branche et le Syndicat. Cela m’a permis de relancer des sections isolées, de mettre en place des échanges sur leur quotidien, en leur apportant un soutien et une information précise.
L’accueil que j’ai reçu de la part de la branche m’encourage à développer ensemble les liens vers les sections et à privilégier les remontées de terrain. J’ai pu participer au comité national de branche (CNB) et être ainsi directement informé des négociations de branche et des propositions que porte la CFDT.
J’ai mis en place des réunions entre sections de la Plasturgie en relançant le CTB. Nous avons ainsi accueilli Thierry, l’ancien secrétaire fédéral, avec qui les sections présentes ont pu directement dialoguer.

MAG FCE : As-tu déjà une idée des axes revendicatifs que vous pourriez développer avec les équipes sur le territoire ?
Je constate les difficultés qu’ont les sections et leur délégué syndical pour instaurer un dialogue social dans les petites entreprises, par manque de moyen et de réactions épidermiques de certaines directions. Il faut alors que les élus débordent d’énergie pour porter leurs revendications. Cette
implication n’est pas toujours mise en valeur auprès des salariés.

MAG FCE : Quelles sont tes attentes vis-à-vis du Syndicat et de la Fédération ? 
Pour ma part, je communique efficacement avec mon Syndicat et avec la branche pour informer les sections. Au sein de mon entreprise, développer l’adhésion reste un palier malgré une présence sur le terrain récurrente.

MAG FCE : Quel mot ou expression pour définir ton état d’esprit ?
Je suis confiant des avantages qu’apporte un syndicalisme basé sur le dialogue social dans le monde du travail, lié aux forces qu’apportent les hommes et les femmes qui le composent.

MAG FCE : Merci beaucoup Samuel.

À LIRE AUSSI

Le secrétaire général de la FCE-CFDT, Dominique Bousquenaud, a participé avec la secrétaire générale adjointe de la FGMM-CFDT, Christèle Khelf, à la réunion du
Send this to a friend